anipassion.com

Agressions sexuelles présumées sur cinq pompiers : l'affaire renvoyée au 30 août

Aller en bas

Agressions sexuelles présumées sur cinq pompiers : l'affaire renvoyée au 30 août

Message par ActuSecours le Ven 6 Mai - 18:04


Dans ce dossier d'agressions sexuelles, les avocats pensent qu'une information judiciaire aurait dû être ouverte

L'affaire est particulièrement suivie et attendue au sein du service départemental d'incendie et de secours du Pas-de-Calais (SDIS 62).

Hier, E. M., 52 ans, adjoint au médecin en chef des sapeurs-pompiers du Pas-de-Calais, devait être jugé par le tribunal correctionnel d'Arras pour « agression sexuelle par personne abusant de l'autorité que lui confère sa fonction ». Des faits d'attouchements sexuels présumés sur cinq femmes pompiers volontaires dans l'Arrageois, le Ternois et le bassin minier, qui auraient duré d'août 2005 à juillet 2008. On parle d'examens médicaux étranges. Un autre médecin, mandaté par la justice, a conclu dans son rapport que certains examens n'étaient pas conformes à la déontologie médicale.

Dans la salle d'audience, les représentants syndicaux des pompiers ont vite déchanté puisque le tribunal a renvoyé l'affaire. D'abord parce que l'avocat du prévenu en avait fait la demande, étant donné l'importance du dossier. Ensuite parce que, juridiquement, la présidente du tribunal ne pouvait juger E.

M., ayant siégé au débat devant le juge des libertés et de la détention lorsqu'il s'est agi de définir le contrôle judiciaire auquel le prévenu devait être assujetti.

Il s'agissait de trouver, hier, une nouvelle date pour juger E. M. Tout le monde s'est donné rendez-vous le 30 août et le contrôle judiciaire a été maintenu. Il comprend l'interdiction d'entrer en contact avec les victimes présumées et d'effectuer des visites médicales. Le médecin des pompiers est en arrêt de travail depuis mi-mars.

Du côté de l'avocat des parties civiles, Me Antoine Vaast ne pouvait que ronger son frein et attendre la date du 30 août. Avec le risque de voir le courage des femmes sapeurs-pompiers volontaires s'effriter au fil des mois. « Il y a toujours ce sentiment de honte qui n'est pas facile à vivre », précisait l'avocat.

Le SDIS 62, qui espérait voir l'affaire rapidement évoquée et classée pour tourner la page et prendre d'éventuelles sanctions, devra aussi patienter...

Source : La Voix du Nord.
avatar
ActuSecours
Admin

Messages : 186
Date d'inscription : 20/04/2011
Age : 7

Voir le profil de l'utilisateur http://actusecours.ace.st

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum